Ron

Después de varios meses de incertidumbre y cambios de fechas de esta residencia, Chile abrió fronteras a otros países del mundo con restricciones.
En comunicación con Pablo Saavedra del equipo de Tsonami, hemos previsto todas las posibilidades para concretizar la residencia de Aurore.
Mientras preparamos la parte 1 de la residencia (investigación) recibimos la noticia que Aurore sí podrá residir en Tsonami, por lo tanto las fechas se confirmaron para final de diciembre 2020.
Cuestiones de orden sanitario tipo examen PCR antes de viajar, así como seguro que cubra una eventualidad de Covid-19 son obligatorias para la artista, lo cual estamos previendo a través de comunicación con el consulado de Chile en París y nuestros amigos de Tsonami.
Aurore de su parte también ha estado en comunicación con institiciones guvernamentales chilenas en Francia y en Chile para verificar los detalles y requisitos para el ingreso en el país.


Après plusieurs mois d'incertitude et de changements de dates de cette résidence, le Chili a ouvert ses frontières à d'autres pays du monde avec des restrictions.
En communication avec Pablo Saavedra de l'équipe de Tsonami, nous avons prévu toutes les possibilités pour concrétiser la résidence d'Aurore .
En préparant la première partie de la résidence (recherche), nous avons appris qu'Aurore pourra résider à Tsonami, les dates ont donc été confirmées pour la fin décembre 2020.
Les questions de santé telles que les examens PCR avant le voyage, ainsi qu'une assurance pour couvrir une éventualité de Covid-19 sont obligatoires pour l'artiste, ce que nous sommes entrain de faire en communiquant avec le consulat du Chili à Paris et nos amis de Tsonami.
Aurore a également été en communication avec les institutions gouvernementales chiliennes en France et au Chili pour vérifier les détails et les conditions d'entrée dans le pays.

Logística de la residencia
1

Hier, lors de notre dernière conversation est apparu un faisceau de termes renvoyant à la limite (frontière, passage, traverser, explorer, etc.) La question de la limite, son motif et sa qualité, émane de l’action de distinguer c’est à dire détacher d’un ensemble puis prélever avec des outils appropriés parmi tout ce qui peut être capter, un élément ou un nombre réduit d’éléments. Le fait de sélectionner un certain type de sons questionne forcément les motivations de ce choix et sa finalité. Une fois les sons séparés et figés sur une piste, la limite est alors entièrement matérialisée et bien étanche : rien de ce qui se trouve sur une piste ne peut contaminer la piste voisine - c’est bien le but de séparer les sons en pistes - sans la volonté de celui ou celle qui mêle les sons ensemble pour construire un paysage nouveau en proposant une porosité entre les pistes et avec elle la création d’un flou perceptif, une confusion et un récit. La captation et son inscription sur une piste ne sont pas des actes anodins, ils renvoient à une prise de possession du réel (capture), un rapport de pouvoir, mais dans quel but ? Tu parlais d’expérience et d’écoute, pourquoi les installations que tu proposes racontent autre chose que la transmission d’une captation et que disent-elles de la captation effectuée ? Que racontes-tu à travers cet intérêt pour le décalage temporel ? S’agit-il toujours de séquences enregistrées ?
Peut-être la question de la limite et ce qu’elle représente au delà de sa matérialité et sa fonction constitue pour partie ta position, et avec elle, un désir de maitrise, de classification, de catégorisation dont l’exploration est à la fois un outil et un objectif (se déplacer au delà des limites connues et partager ses découvertes).
à suivre.

1

Pour revenir sur ce que nous avons abordé lors de notre dernière session et préciser le terme de position pour te permettre de mieux le définir, nous pouvons déjà le replacer dans l’activité artistique dans son ensemble avec ce que représente la démarche et la pratique qui sont des termes plus facile à définir.
La démarche concerne la méthode, la façon que chaque artiste a d’articuler entre eux les différents éléments qui composent son travail, il ne s’agit pas des sujets abordés mais de comment son travail se déplie d’une oeuvre à l’autre en dessinant année après année un chemin propre à chacun.
La pratique est souvent commune à nombre d’artistes, il s’agit des matériaux utilisés, des outils, des techniques. La marche, l’exploration par exemple est une pratique comme la céramique ou la video.
Enfin la position (statement) est ce qui rend unique et singulier le travail de l’artiste, c’est son point de vue singulier. La position est un état d’être, une préoccupation constante face au monde. La position ne change que rarement : chacune des oeuvres tente une réponse incomplète à la question posée dans la position. La position peut se réduire à une sensibilité, esthétique par exemple, mais doit être présente et formulée. La pratique seule, sans position ni démarche, défini l’artisan qui n’en a pas besoin pour créer : chaque pièce ne vient pas enrichir la précédente mais simplement s’ajouter à la précédente. En général il (re)cherche davantage une inspiration, un stimuli extérieur qu’une nouvelle façon d’aborder ses préoccupations sous un angle nouveau.

···